Baccalauréat 2017: le réel changement des méthodes de révision

B.V

Société | Publié le 09/06/2017 13:15 | Mis à jour le 20/06/2017 10:39

Baccalauréat Lycéens évolution résultats méthodes révisions

Le baccalauréat débute le 15 juin prochain avec l'épreuve de philosophie.

À quelques jours de la première épreuve du baccalauréat, les lycéens bachotent dans le but d’obtenir le précieux sésame. Enquête sur les méthodes de révision utilisées par les adolescents.

 

Alors que le baccalauréat débute le 15 juin prochain en France métropolitaine, une grande majorité des lycéens termine ses révisions. Nous nous sommes penchés sur l’évolution des méthodes d’apprentissage à travers les générations.

 

Une mémoire différente pour chacun

Le cerveau humain est très complexe et chaque individu est différent. Ainsi, chacun sa technique pour mémoriser une information. Pour mener à bien ses révisons, il faut avoir une bonne mémoire. 

Il faut savoir qu’il existe trois types de mémoire. Tout d’abord il y a la mémoire visuelle: le cerveau mémorise ce qu’il voit, comme des dessins, des photos ou des schémas. 

Ensuite, il y a la mémoire auditive: ceux qui la possèdent ont besoin d’entendre et/ou de réciter ce qu’ils sont en train d’apprendre afin de le retenir.

Un peu plus complexe, la mémoire kinesthésique fait appel à l’émotion et à l’ambiance liée à ce que l’on apprend. Par exemple, les informations vous reviennent lorsque vous manipulez un objet que vous aviez utilisé pendant que vous étudiez.

 

Une génération en déclin ? 

Les méthodes de révision ont beaucoup évolué avec le temps. « Pour réviser , je faisais des fiches qui synthétisaient mes cours et je m’interrogeais moi-même afin de m’entraîner » nous confie Brigitte, 60 ans. En effet, à l ‘époque, pour obtenir son baccalauréat, on ne pouvait compter que sur ses leçons car il n’y avait pas d’autres alternatives.

Cependant, l’arrivée d’internet a bouleversé les méthodes d’apprentissage. Aujourd’hui, les étudiants privilégient les ouvrages contenant des fiches de révisions préparées comme Annabac ou les sites internet à l’image de Studyrama. Il est même possible de réviser sur youtube grâce aux chaînes « les Bons profs », « Le coup de phil' » ou « Dirty Biology » qui proposent des contenus ludiques pour les lycéens. Certains sont donc moins attentifs pendant les heures de classe puisqu’ils peuvent réviser sur des plateformes en ligne. Julie, une lycéenne de 18 ans qui passe son baccalauréat cette année, avoue utiliser internet pour réviser: « Je fais des fiches mais parfois je vais sur des sites internet pour réviser car ils ont des cours très complets »

Dans le corps enseignant, beaucoup estiment que le niveau scolaire des écoliers Français a baissé et que le baccalauréat est « donné ». Le diplôme perd de son importance au fil des années à mesure que le nombre de candidats admis augmente. En effet, d’après le site du gouvernement, le pourcentage d’obtention du diplôme est passé de moins de 75% en 1995, à 88,5% en 2016.

 

 

Évolution du taux de réussite au baccalauréat depuis 1995.

 

Néanmoins, nous ne pouvons pas affirmer que ces nouvelles formes d’apprentissage sont à l’origine du déclin du niveau scolaire. Nous pouvons même les considérer comme une évolution permettant d’apporter un complément aux élèves. 

 

 

Bastien Vaz.

 

Crédits photos : AFP/ Ministère de l’éducation nationale

Réagissez à l'actu

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

0 commentaires

+ DE Société SUR OLIBE...

migrant réfugié usa etats-unis économie

Aux USA, les réfugiés font gagner de l’argent à l’État

prostituée pute mutuelle sexe santé

Les prostituées de France peuvent désormais profiter d’une mutuelle

téléconsultation médecin innovation soins santé

La médecine 2.0: quand Internet devient votre médecin à domicile

17j

les choses qui attendent thomas êpequet  retour

Dix choses qui attendent Thomas Pesquet à son arrivée sur Terre

23j

baignade bassin de la vilette date ouverture

À Paris, il sera possible de se baigner dans le bassin de la Villette cet été

24j